Fille au pair: une arrivée en famille d’accueil réussie

Vous vous posez mille et une questions sur votre arrivée en famille d’accueil: « Ai-je choisi la bonne famille ? « ; « Comment seront les enfants que je vais garder ? »; « Vais-je me sentir bien dans mon nouvel environnement familial ?« ; « Malgré mon niveau d’anglais, vais-je comprendre les enfants, les parents ? »

A première vue, toutes ces questions sont normales et requièrent un temps soit peu d’analyse. En effet, vous allez atterrir dans un pays qui n’est pas le votre et emménager dans une famille que vous n’avez rencontré que par Skype (ici, mes conseils pour sélectionner votre famille); Vous êtes ainsi en droit de vous poser quelques questions ! Cependant, ne soyez pas trop dur avec vous-même et essayez d’être positif. TOUT se passera bien.

Au pire des cas et en partant avec un organisme certifié, vous pouvez à tout moment faire appel à votre conseillère qui vous ré-orientera vers une nouvelle famille. So don’t worry too much about it 😏

Retour sur mon arrivée au sein de ma famille d’accueil californienne

Fille au pair: arrivée en famille d'accueil

Mes premiers pas à San Diego

Mai 2019, fin de soirée, j’atterris à l’aéroport de San Diego. Encore fatiguée par 2 jours de formation, destinée aux nouvelles filles au pair à New York, je manque de m’endormir sur le tapis à bagages. Ma copine brésilienne et moi (vous ne serez sans doute pas la seule au pair dans l’avion) nous impatientons d’apercevoir le visage de celle ou celui qui nous accueillera pendant au minimum 1 an. 

Rencontre avec ma maman d’accueil

Finalement, ma « host mom » (maman d’accueil) Michelle arrive. C’est un petit gabarit comme moi, portant une casquette, en tenue de sportive et tongs qui m’accueille. Je pense aussitôt: « Bienvenue en Californie, là où les mamans sont sveltes et sportives et porte une casquette matin, midi et soir. » Le cliché Californien que j’avais en tête s’avérait exact.

Quelques minutes s’écoulent avant d’atteindre la voiture, puis Michelle commence à « débiter » en anglais. « Débiter », car elle parle vite et surtout que je suis fatiguée ! Néanmoins, je me sens exténuée mais à l’aise. Je m’aperçois également qu’elle fait l’effort de ralentir la cadence.

 Fille au pair à San Diego

À la Découverte de ma ville d’accueil

Nous arrivons enfin à Cardiff-by-sea, ville un peu plus au nord de San Diego (je vous en parle juste ici). Entre-temps, je rencontre la fille au pair actuelle et le père, avant de découvrir mon appartement (j’ai eu la chance d’avoir mon propre logement avec cuisine, salle de bain, dressing, salon).

Le lendemain matin et après une bonne nuit de sommeil, je pars à la rencontre de mes petites de 4 et 6 ans. S’ensuivent alors les mesures administratives… En quelques jours je dois:

  • Obtenir un code de sécurité sociale
  • Ouvrir un compte en banque
  • M’inscrire au permis de conduire (si vous souhaitez savoir pourquoi vous allez devoir repasser votre permis)
  • Conduire sur les routes américaines en compagnie des parents
  • Apprendre le planning des petites

    Bref, je ne vais pas poursuivre sur les petits désagréments de cette première journée, où mille choses se sont enchaînées. Je vais néanmoins vous faire part de toutes les questions qui me sont passées par la tête et vous donner mes conseils pour dédramatiser votre arrivée.

Comment gérer son arrivée dans la famille lorsque l’on est fille au pair ?

Les 5 conseils qui me semblent essentiels

1.Rappelez-vous que les familles d’accueil appréhendent aussi votre arrivée  

La plupart des familles ont l’habitude d’avoir des filles au pair mais d’autres, comme la mienne, n’en sont qu’à leur première ou deuxième. Ils ne sont donc pas toujours rodés et se demandent, tout comme vous, comment se passera votre rencontre.

2.Ils savent que vous n’êtes pas bilingue.

En effet, en embauchant une étrangère, ils savent que votre anglais est plus ou moins bon. Ils seront donc très compréhensifs et feront en sorte que vous les compreniez en articulant plus lentement. Aussi, n’ayez jamais honte de leur demander de ralentir le débit ou de vous expliquer un mot de vocabulaire.

3.Ne soyez pas trop dur avec vous-même

Les premiers jours sont les plus difficiles. Vous êtes dans la phase de « UP and DOWN », c’est-à-dire que vous ferez face à des hauts et des bas plusieurs fois par jour. Outre le changement de culture, on accumule la fatigue et ressassons cette fameuse question « mais qu’est-ce que je fous ici ?? ». On a tout bonnement l’impression de jouer dans un film, dont on est l’acteur principal.

4. C’est normal de ne pas comprendre les enfants lorsqu’ils parlent

Je me souviens quand ma sœur étaient petite et qu’elle me parlait pourtant en français. Je ne comprenais pas toujours tout. Il faut savoir que les enfants n’articulent pas bien et apprennent, au même titre que vous, un langage qu’ils ne maitrisent pas encore.

Ma plus grande angoisse était de ne pas réussir à me faire comprendre par les enfants et, à l’inverse, de ne pas les comprendre en retour. Je me suis rapidement aperçue que je m’adaptais à leur accent plus vite que je ne le pensais et surtout que mon anglais s’améliorait…

5. Prenez du recul sur chaque situation

comment gérer son arrivée aux USA en tant que fille au pair ?

À vrai dire, prendre du recul permet de prendre les choses moins à cœur. À titre d’exemple, si un enfant se moque de votre votre anglais ou vous dit « je préfère la fille au pair d’avant », ne le prenez pas au premier degré. Je vous parle ici en toute connaissance de cause, car cela s’est produit à de multiples reprises pour moi et avait le don de me saper le moral.

Ce qu’il faut retenir c’est que se sont des enfants et qu’ils vous testent. Alors, gardez la tête haute et surtout rappelez-vous que ça ne durera PAS.

6. Ne soyez pas gêné(e)s

Poser toutes les questions auxquelles vous penser. Elles peuvent vous apparaître comme les plus « idiotes » mais elles ne le seront jamais pour les parents d’accueil qui les reçoivent. Toute question est bonne à poser afin de comprendre le système d’organisation d’une famille.
« Qui est en charge de faire les courses? »; « Qui se charge de faire la cuisine? »; « Comment dois-je payer les courses? »; « Quelles sont les habitudes alimentaires des petites? ».

De la même façon et pour votre confort personnel, osez parler et échanger avec votre famille d’accueil et n’oubliez jamais que son objectif est de faire en sorte que vous vous sentiez bien. C’est ainsi que dès votre arrivée, vous devez mettre en place un véritable dialogue ouvert.

En fin de compte, tout se fera naturellement. Nous pensons toujours que les épreuves sont insurmontables jusqu’à ce que nous les traversions. En quelques jours, vous serez de plus en plus à l’aise dans votre environnement et les enfants le ressentiront 😉 Il n’y a pas 1 seule façon de gérer son arrivée en famille d’accueil mais des milliers. Nous sommes tous différents et j’espère que tout se passera bien pour vous.

Au plaisir de vous lire,

Manon

Si tu souhaites être informée des articles et des actus en avant première 👇🏽 (pas de spams)